Les résultats du Baromètre RSE 2024 sont disponibles !

L’Observatoire de la Qualité de Vie au Travail est heureux d’être partenaire de cette grande étude ouverte, portée par Vendredi et Kantar, aux côtés de 11 autres acteurs de référence

⭐️ Le Baromètre RSE 2024, c’est un état des lieux exhaustif et accessible de la RSE en France pour en comprendre facilement les enjeux :

🔥 La synthèse des pratiques RSE de près de 1000 entreprises

🎡 Un tour d’horizon à 360° des sujets et préoccupations majeurs

📖 50 pages de chiffres clés et d’analyses exclusives d’expertes et d’experts.

📊 Des graphiques simplifiés pour vous situer et vous comparer

Ce que révèle l’enquête doit nous réjouir : la tendance est à l’accélération des démarches RSE dans toutes les entreprises. Mais ce mouvement doit s’amplifier pour entraîner des transitions profondes et durables. Il reste donc à saisir les opportunités et à provoquer les changements pour être à la hauteur de l’urgence !

Avec le Baromètre RSE 2024, nous souhaitons donc porter cette ambition : aider chaque entreprise à trouver les leviers pour construire une RSE indispensable, structurellement mobilisatrice et réellement transformatrice !

👉 Je télécharge gratuitement l’étude complète : https://hubs.ly/Q02s5FxV0

Lancement des Trophées 2024 de la Qualité de Vie et des Conditions de Travail

Nous avons le plaisir de vous annoncer le lancement des Trophées de la Qualité de de Vie et des Conditions de Travail.

Trois Trophées et un Prix spécial seront décernés lors d’une cérémonie qui se tiendra pendant la Semaine de la Qualité de Vie et des Conditions de Travail (QVCT), le jeudi 20 juin 2024.  Nous vous invitons à candidater en présentant une ou plusieurs actions (mises en place ou en cours de lancement) parmi les catégories suivantes

Trophée 1 : Soutien à la parentalité à 360°

La parentalité au travail participe de la responsabilité sociétale des employeurs et répond à des enjeux d’intérêt général : égalité entre les femmes et les hommes, qualité de vie et santé au travail, inclusion professionnelle, natalité, bien-être et éducation des enfants, accompagnement des aidants familiaux, solidarité intergénérationnelle et assistance apportée aux salariés victimes de violences conjugales.

Ce Trophée récompensera les actions visant à proposer aux salariés-parents un environnement adapté aux responsabilités parentales et familiales, quelles que soient les configurations familiales et tout au long des cycles de vie. Ces actions s’adressent à toutes les catégories de salariés et se traduisent par la mise en œuvre de solutions adaptées au statut, au métier et au lieu de vie de chacune et de chacun.

Trophée 2 : Prise en compte des enjeux de santé mentale au travail

Selon l’OMS, la santé mentale « est un état de bien-être qui permet à chacun de réaliser son potentiel, de faire face aux difficultés normales de la vie, de travailler avec succès et de manière productive, et d’être en mesure d’apporter une contribution à la communauté ». Or, les conditions de travail ont un impact important sur la santé mentale : d’après l’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail, près d’un travailleur sur cinq souffre, dans l’Union européenne, de troubles mentaux liés au travail.

Ce Trophée récompensera les actions destinées à prévenir les risques en termes de santé mentale, à mieux accompagner les salariés et à garantir au quotidien une expérience positive au travail, contribuant à la socialisation et à l’inclusion. Ces actions pourront toucher à des domaines aussi divers que le soin porté à la qualité des relations, la mise en place de rituels de vie en équipe, l’agencement des espaces de travail et leur adaptation aux différentes activités collectives (travail en mode projet, moments de convivialité…), la réinvention du « présentiel », ou la structuration du travail en mode hybride.

Trophée 3 : Transformation de la culture managériale

Le nouveau rapport au travail des salariés appelle une transformation des pratiques managériales, pour renforcer l’attractivité, la fidélisation et l’engagement durable des équipes. Les nouvelles pratiques de management doivent se traduire par des comportements fondés sur l’écoute, le dialogue, le soutien et la reconnaissance. Les managers doivent par ailleurs prendre en compte les aspirations des salariés en termes de conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle, ainsi que de recherche d’utilité sociale et environnementale.

Ce Trophée récompensera les actions portant sur la transformation culturelle et managériale, à travers en particulier l’accompagnement des managers dans l’adoption de nouvelles pratiques favorisant le sens, la confiance et l’équilibre de vie, la mise en place de nouveaux rituels managériaux, l’animation des équipes en mode hybride, la promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes ou encore dans l’intégration des managers au cœur de la chaine de prévention, de détection et d’accompagnement des situations de souffrance mentale au travail.

Prix spécial : Accompagnement de la convergence QVCT-RSE

La Qualité de vie et les Conditions de travail et la Responsabilité Sociétale des Entreprises constituent deux piliers de la transformation durable des organisations. La QVCT parce qu’elle vise à instaurer les conditions d’une performance humainement durable. La RSE car elle définit et met en œuvre les actions pour un impact positif et durable de l’activité de l’entreprise sur son écosystème (ses équipes, ses partenaires et son environnement). Au carrefour de la QVCT et de la RSE, certaines actions permettent à la fois d’améliorer le bien-être des personnes et l’impact sociétal, comme les projets sur la diversité des équipes, qui améliorent qualitativement le bien-être au travail et l’inclusion des minorités de l’écosystème local, ou l’aide à la mobilité verte pour la préservation de la planète. D’autres actions, comme les plans de sobriété énergétique, sont certes moins propices au confort matériel des personnes mais concourent au bien-être éthique de ces dernières, dans la mesure où elles sont porteuses d’utilité sociale et environnementale, et donnent ainsi du sens à l’engagement des personnes pour leur organisation.

Ce Prix spécial récompensera en 2024 les actions visant à faire converger les démarches de QVCT et de Responsabilité Sociétale des Entreprises. Les actions concernées devront avoir un impact positif sur l’environnement, la société et le bien-être des collaborateurs. Elles porteront notamment sur l’écologie personnelle, en aidant chacune et chacun à rester actrice ou acteur de sa qualité de vie tout en réduisant leur impact environnemental au quotidien. Toute initiative favorisant la diversité et l’inclusion, les liens avec l’écosystème local et la définition de valeurs partagée avec ses collaborateurs sera aussi prise en compte.

L’analyse des candidatures portera sur 5 indicateurs :

  • La valeur ajoutée de l’initiative
  • La dimension inclusive de l’initiative
  • La mobilisation et l’implication de l’ensemble des parties prenantes
  • La promotion du dispositif auprès des collaborateurs
  • Le caractère duplicable de l’action

Nous vous félicitons pour votre engagement et vous remercions pour votre implication !

Bien chaleureusement,

Jérôme Ballarin, Président de l’Observatoire de la Qualité de Vie au Travail, Secrétaire général de la Charte de la Parentalité en Entreprise

Catherine Marsault, Déléguée générale de l’Observatoire de la Qualité de Vie au Travail

Comment concourir ?

Pré-inscription obligatoire avant le 30 avril 2024 : https://sphinxdeclic.com/d/s/alk831

Date limite de dépôt des candidatures : 22 mai 2024.

Pour nous contacter : cbm@observatoire.com

Rappel : les candidatures sont ouvertes aux entreprises et organismes du réseau de l’Observatoire de la QVT.

Entreprise et parentalité : objectif égalité !

L’équilibre vie professionnelle – vie personnelle préoccupe 92% des salarié-es (Observatoire de la QVT). Les responsabilités familiales qui font suite à une naissance sont d’ailleurs une des causes du bouleversement de cet équilibre.

Le problème, c’est que la parentalité en entreprise est trop souvent synonyme de tabous ou de discrimination de genre. En France, 50% des mères ont déjà eu le sentiment que leur maternité a freiné leur carrière contre seulement 18% des pères pour leur paternité (BVA).

Pour que parentalité rime avec vie professionnelle équilibrée, rendez-vous :

📅 le mardi 5 mars de 11H30 à 12H30 📍 En ligne, via ce lien d’inscription : https://hubs.ly/Q02jtP8R0

Cet événement de sensibilisation est co-construit avec l’équipe de Vendredi. Parce que pour agir, il faut comprendre 💪.

 Au programme  :

✅ Un tour d’horizon des conséquences qu’ont les responsabilités familiales sur la vie professionnelle des femmes et des hommes, et des écarts qui se creusent à ce moment.

✅ Le témoignage d’une invitée qui nous racontera les coulisses de la parentalité dans son entreprise

✅ Le partage d’une caisse à outils pour passer à l’action dans son entreprise

Au plaisir de se croiser le 5 mars !

Derniers jours !

Cher réseau,

🚨 Il ne reste que quelques jours pour nous aider à atteindre 1500 répondant·es ! Déjà 1000 responsables RSE ont répondu au questionnaire de cette 3e édition du Baromètre RSE. En participant à l’étude, chaque entreprise contribue :

📣 À renforcer l’impact et la reconnaissance de la RSE en France

💡 À enrichir une base de données fiable et open-source

📊 À une meilleure compréhension des enjeux RSE pour toutes les entreprises françaises en 2024 ! Et grâce à la force du collectif, nous avons le pouvoir d’aller plus loin. Ensemble, atteignons 1500 répondant·es et maximisons encore davantage notre impact commun 🎉 Vous souhaitez contribuer à ce projet d’intérêt général ?

▶️ Participez avant le 9 février et obtenez les résultats de l’étude complète en mars : 👉https://hubs.ly/Q02fr8_R0

▶️ Partagez le lien ci-dessus aux personnes en charge de la RSE dans votre entreprise ou taggez-les en commentaire !

▶️ Donnez de la force au projet ! N’hésitez pas à le partager : plus il est diffusé, plus il est utile à toutes et tous. En co-construction avec 12 organisations, le Baromètre RSE 2024 vise à créer une base de données open-source dédiée à la RSE. À la clef : 50 pages d’analyses et de chiffres pour permettre à chaque entreprise de se comparer et d’accélérer sa transition sociale et environnementale. Alors, ensemble, créons la plus grande enquête sur les pratiques RSE des entreprises françaises

L’Observatoire de la QVT s’associe au plus grand Baromètre ouvert sur la RSE en France !

L’Observatoire de la Qualité de Vie au Travail s’associe à Vendredi, Kantar et 10 organisations pour la 3ème édition du plus grand Baromètre de la RSE en France !

Ce Baromètre RSE repose sur une enquête ouverte et accessible qui permet à chaque entreprise de se situer et d’accélérer sa transition.

Dans un contexte de convergence de plus en plus marquée entre QVCT et RSE,nous sommes ravis de vous proposer de participer à cette grande enquête et de saisir cette opportunité d’avoir ensuite accès aux résultats et aux pratiques de plus de 800 structures.

👉 Pour participer :https://hubs.ly/Q02fr8_R0

Nous sommes fiers de nous associer à cette étude exclusive et incontournable aux côtés d’acteurs de référence : 1% for the Planet, 2tonnes, B Lab France, C3D, Ecovadis, France Digitale, Haatch, Impact at Work, Kantar, Sami et Vendredi.

RETOUR EN IMAGES : Les 15 ans de l’OQVT

L’Observatoire de la Qualité de Vie au Travail tire le bilan des 15 ans écoulés et partage son grand axe de développement pour 2024 : la transformation sociale au service de la transformation écologique. 
Depuis 2008, l’Observatoire de la Qualité de vie au Travail impulse un mouvement d’ampleur destiné à inciter les entreprises à développer un meilleur équilibre entre vie personnelle et professionnelle des salariés. Une convergence qui s’installe entre qualité de vie au travail et RSE.

25 nouveaux employeurs signent la Charte de la Parentalité à l’occasion du 15ème anniversaire de l’Observatoire de la QVT

Le mardi 5 décembre 2023, 25 nouveaux employeurs, de toute taille et de tout secteur d’activité, ont signé la Charte de la Parentalité.

Prendre en compte la parentalité dans le monde professionnel, quelles que soient les configurations familiales et tout au long des cycles de vie, c’est aider les actifs, en particulier les salariés et les fonctionnaires, à concilier leurs vies professionnelle, personnelle et familiale : mieux vivre et mieux travailler.

L’attention portée à la parentalité participe de la responsabilité sociétale des employeurs et répond à des enjeux d’intérêt général : égalité entre les femmes et les hommes, qualité de vie et santé au travail, inclusion professionnelle, natalité, bien-être et éducation des enfants, accompagnement des aidants familiaux et solidarité intergénérationnelle.

Elle concerne tous les employeurs – publics, privés, de toutes tailles et tous secteurs d’activité – ainsi que toutes les catégories d’actifs à l’échelle nationale, voire internationale. Elle se traduit donc par la mise en œuvre de solutions adaptées au statut, au métier et au lieu de vie de chacune et de chacun.

Agir en faveur de la parentalité consiste à privilégier un environnement de travail qui permette aux personnes de s’épanouir professionnellement et personnellement.

En signant cette Charte en tant qu’employeur, les signataires témoignent de leur volonté de mettre en place des actions concrètes pour soutenir les actifs-parents, leurs enfants et leurs proches.

En vertu de cette Charte, ils s’engageont ainsi à :

Faire évoluer les représentations liées à la parentalité dans le monde professionnel

  • Sensibiliser, au sein de leur organisation, tous les acteurs aux stéréotypes et aux enjeux liés à la parentalité
  • Informer sur leur engagement l’ensemble de leurs équipes

Créer un environnement favorable aux actifs-parents en prenant en compte toutes les formes de parentalité

  • Faciliter la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale de chacune et chacun, en particulier dans les situations de vulnérabilité
  • Aménager l’organisation du travail pour permettre aux personnes concernées d’exercer leurs responsabilités familiales

Garantir le principe de non–discrimination dans l’évolution professionnelle des personnes en situation de parentalité

  • Favoriser des pratiques managériales qui garantissent l’inclusion professionnelle
  • Promouvoir des modes de fonctionnement qui assurent une équité de traitement au sein de nos équipes

Le ministre de la Transformation et de la Fonction publiques Stanislas Guerini signe la Charte de la Parentalité à l’occasion du 15ème anniversaire de l’Observatoire de la QVT

Le ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, Stanislas Guerini, a signé la Charte de la Parentalité à l’occasion du 15ème anniversaire de l’Observatoire de la QVT, pour que les employeurs publics aident leurs 5,7 millions d’agents à « mieux concilier leur travail et leur rôle de parents ».

Alors que « neuf agents (publics) sur dix » sont parents, selon le ministre, « c’est une évidence pour la Fonction publique » d’inciter les employeurs à créer pour eux « un environnement de travail favorable ».

En vertu de la Charte, les employeurs publics s’engagent à « faire évoluer les représentations liées à la parentalité dans le monde professionnel », à « créer un environnement favorable aux actifs-parents en prenant en compte toutes les formes de parentalité » et à « garantir le principe de non-discrimination dans l’évolution professionnelle » des agents parents.

Plus concrètement, ce document d’une page invite ses signataires à organiser en leur sein des actions de sensibilisation aux stéréotypes, ou encore à aménager le temps de travail des parents qui en auraient besoin pour « exercer leurs responsabilités familiales ».

Durant son intervention, M. Guerini a rappelé les résultats du sondage « Fonction publique + », centré sur les conditions de travail des quelque 110.000 répondants. Dans la consultation, près de trois agents sur quatre se sont dits intéressés par une réorganisation de leur temps de travail, a notamment souligné le ministre.

« On voit à quel point les questions de parentalité sont absolument centrales » pour un meilleur équilibre entre vie personnelle et professionnelle, a-t-il ajouté.

Le ministre a enfin redit son intention de négocier « un nouvel accord » sur l’égalité femmes-hommes avec les syndicats « dans les prochains mois ». Conclu en 2018, l’actuel accord sur l’égalité professionnelle dans la fonction publique court jusqu’à la fin 2023.

Egalement présente à la Célébration du 15ème anniversaire de l’Observatoire de la QVT, la ministre des Solidarités et des Familles, Aurore Bergé, a elle appelé à ce que les entreprises deviennent un « lieu bienveillant et accueillant pour les familles et pour les enfants ». Elle entamera au mois de décembre un « tour de France de la parentalité », pour rencontrer les acteurs de « tous les territoires », à commencer par des « parents » et « associations » mais aussi des « agents éducatifs », « magistrats », « élus locaux », « médecins » ou « pédopsychiatres ».

Source : AFP

L’Observatoire de la Qualité de Vie au Travail veut conjuguer amélioration des conditions de travail et transformation écologique

L’Observatoire de la Qualité de Vie au Travail tire le bilan des 15 ans écoulés et partage son grand axe de développement pour 2024 : la transformation sociale au service de la transformation écologique. Le ministre de la Transformation et de la Fonction publiques Stanislas GUERINI signe ce jour la Charte de la Parentalité au nom des 3 versants de la fonction publique.

Depuis 2008, l’Observatoire de la Qualité de vie au Travail impulse un mouvement d’ampleur destiné à inciter les entreprises à développer un meilleur équilibre entre vie personnelle et professionnelle des salariés.

L’Observatoire de la Qualité de Vie au Travail : Les chiffres-clés 2023
·       Un réseau de plus de 800 entreprises adhérentes, dont 50% de TPE/PME
·       Plus de 30 000 établissements signataires de la Charte de la Parentalité en Entreprise et/ou des 15 Engagements pour l’Equilibre des Temps de Vie,
·       6 millions de salariés du privé concernés (20% de la population active),
·       5,67 millions d’agents publics concernés en 2024.

Une convergence qui s’installe entre qualité de vie au travail et RSE

En 2023, en phase avec les nouvelles aspirations des Français, l’Observatoire de la Qualité de vie au Travail planche sur des propositions de nature à concilier amélioration de la qualité de vie au travail et écologie.

Si les grandes entreprises ont intégré une politique RSE dans leur organisation, les plus petites restent peu nombreuses à formaliser leurs pratiques. Parmi elles, l’utilisation bien comprise du télétravail et la sensibilisation aux gestes écologiques (tri sélectif, consommation d’eau, électricité, gaz, …) tombent sous le sens au regard de l’enjeu de réduction de l’empreinte carbone.

Pour aller plus loin, un plan de sobriété énergétique co-construit avec les équipes, une prime pour l’achat de vélos électriques, ou des congés payés supplémentaires pour ceux qui privilégient le train à l’avion pour des voyages personnels lointains font partie des mesures à l’étude.

Et parce que l’écologie est aussi personnelle, et qu’une vie professionnelle ne doit plus être subie, l’entreprise doit créer les temps et les formats qui permettent à chacun de la choisir en fonction de ses aspirations et de l’évolution de son statut familial. En jeu, des congés sabbatiques favorisés, mais aussi un entretien annuel de sens et un bilan personnel d’équilibre de vie sur le modèle du bilan de compétences.

Un bilan d’influence qui a porté ses fruits

Dès sa création, l’Observatoire milite en faveur d’une parentalité en entreprise mieux prise en compte, de l’égalité homme femmes, de la déconnexion au travail et du télétravail.

  • Les entreprises qui signent la Charte de la Parentalité s’engagent à créer un environnement favorable aux salariés-parents en prenant des mesures concrètes d’aménagement de l’organisation du travail, de non–discrimination dans l’évolution professionnelle et de modes de fonctionnement qui assurent une équité de traitement.
  • L’Observatoire lance en 2009 La journée des enfants dans l’entreprise le 1er mercredi du mois de juin, pour permettre aux enfants et adolescents de se représenter le lieu de travail des parents, les préparer au monde de l’entreprise et sensibiliser les managers à la parentalité.
  • En 2014, il contribue à la création de la loi qui instaure pour les conjoints salariés une protection anti-licenciement pendant 4 semaines (10 semaines depuis 2016) suivant la naissance et trois autorisations d’absence rémunérée pour accompagner la femme enceinte lors d’examens de suivi de grossesse.
  • En 2012, le rapport de Jérôme Ballarin, Président de l’Observatoire, au Secrétariat d’Etat chargé de la Famille, prépare l’accompagnement par les politiques publiques d’une véritable égalité dans l’entreprise avec 10 bonnes pratiques et 10 leviers de mise en œuvre. Ce rapport pose les bases de la loi du 4 août 2014 pour l’égalité réelle entre les hommes et les femmes.
  • La loi du 1er janvier 2017 s’inspire de la Charte des 15 engagements pour l’équilibre des temps de vie pour instaurer le droit à la déconnexion, un enjeu de santé et de management.
  • Les réflexions de l’Observatoire sur le télétravail servent de base aux ordonnances Pénicaud de 2017 qui libèrent le recours au télétravail pour une grande majorité de salariés.

Zone de Texte: Nouveau partenariat
Engagé de longue date dans l’amélioration de la qualité de vie au travail des agents publics, le ministre de la Transformation et de la Fonction publiques Stanislas GUERINI signe, ce jour, la Charte de la Parentalité au nom des 3 versants de la fonction publique.
« Vivre sereinement son rôle de parent en tant qu’agent public, c’est un enjeu de qualité de vie au travail dont j’ai fait une priorité. En signant cette Charte de la Parentalité, initiée par l’Observatoire de la Qualité de Vie au Travail, la fonction publique dans ses trois versants évolue pour répondre aux besoins des parents agents publics. En tant que premier employeur de France, la fonction publique doit s’adapter aux nouvelles attentes de ses agents : c’est pour cette raison que j’ai lancé en juin dernier une grande consultation sur les conditions et la qualité de vie au travail, à laquelle plus de 110 000 agents ont contribué. »
Zone de Texte: Nouveau partenariat
Engagé de longue date dans l’amélioration de la qualité de vie au travail des agents publics, le ministre de la Transformation et de la Fonction publiques Stanislas GUERINI signe, ce jour, la Charte de la Parentalité au nom des 3 versants de la fonction publique.
« Vivre sereinement son rôle de parent en tant qu’agent public, c’est un enjeu de qualité de vie au travail dont j’ai fait une priorité. En signant cette Charte de la Parentalité, initiée par l’Observatoire de la Qualité de Vie au Travail, la fonction publique dans ses trois versants évolue pour répondre aux besoins des parents agents publics. En tant que premier employeur de France, la fonction publique doit s’adapter aux nouvelles attentes de ses agents : c’est pour cette raison que j’ai lancé en juin dernier une grande consultation sur les conditions et la qualité de vie au travail, à laquelle plus de 110 000 agents ont contribué. »

« Nous sommes satisfaits de ce que nous avons déjà, avec les entreprises adhérentes, réussi à impulser et à inspirer. Et nous sommes heureux que les agents publics puissent eux aussi bénéficier de ces avancées. Mais en 15 ans, le monde du travail a beaucoup changé et les salariés ont de nouvelles attentes. Demain, il faudra aller plus loin et donner les moyens à l’individu, salarié mais aussi parent ou aidant, de faire coexister harmonieusement ces différents rôles. Les entreprises ont à y gagner des salariés plus créatifs, épanouis et performants. Ces engagements à inventer seront les nouveaux leviers d’une performance humainement durable. », affirme Jérôme Ballarin, Président de L’Observatoire de la Qualité de Vie au Travail. « La quête de sens et la prise de conscience de chacun de sa responsabilité écologique font naître une convergence de plus en plus forte dans les années à venir entre QVT et RSE. Nous invitons toutes les entreprises à participer à nos réflexions et nos travaux. »

Célébration du 15ème anniversaire de l’Observatoire de la QVT

Quelle joie d’avoir fêté les 15 ans de l’Observatoire de la Qualité de Vie au Travail en présence d’Aurore Bergé, Ministre des Solidarités et des Familles, et de Stanislas Guerini, Ministre de la Transformation et de la Fonction Publiques, à l’invitation de L’Oréal et de Jean Claude Le Grand, son Directeur Général en charge des Ressources Humaines !

Tous mes remerciements à L’Oréal et à Les Petits Chaperons Rouges (Jean-Emmanuel Rodocanachi et Karine BERTRAND), nos deux partenaires officiels, ainsi qu’à BNP Paribas (Caroline Courtin) – qui a également soutenu cet événement.

Un grand merci également à tous les employeurs membres de l’Observatoire de la Qualité de Vie au Travail, et en particulier à SCOR (Yves Goldschild) et Groupe Caisse des Dépôts (Florence Wiener) qui ont officialisé leur adhésion à lObservatoire de la Qualité de Vie au Travail à l’occasion de cet événement marqué par plusieurs temps forts :
– La signature de la Charte de la Parentalité par 24 nouveaux employeurs (grandes entreprises et PME), et par Stanislas Guerini au nom de la fonction publique : désormais 1 actif sur 2 en France travaille pour un employeur signataire de la Charte de la Parentalité.
– Des tables-rondes sur « La transformation sociale au service de la transformation écologique » auxquelles ont participé notamment Bouygues Construction (Zahra Salmi), Grant Thornton France (Christelle LE COUSTUMER), Ubisoft (Oriane Cappella) et Vendredi (Julian Guerin).
– La présentation des enjeux à venir pour l’Observatoire de la Qualité de Vie au Travail, autour du triptyque Ecologie Jeunesse Management.
– Le discours de clôture d’Aurore Bergé sur le soutien de la parentalité.

15 ans déjà ! A mes yeux, rien ne se construit de durable s’il ne s’ancre dans un temps long. L’Observatoire de la Qualité de Vie au Travail a pu faire bouger les lignes sur le plan culturel, managérial, organisationnel (#parentalité, #télétravail, droit à la #déconnexion…) car son équipe a été là, année après année, pour participer au débat public, contribuer aux discussions institutionnelles, et animer les échanges de pratiques entre employeurs.

Ce sont des #convictions fortes qui ont été notre moteur :
– La vision de l’#être #humain comme un #écosystème qui trouve son équilibre dans une pluralité de sphères d’épanouissement, qu’elles soient professionnelle, familiale, artistique, sportive, spirituelle, etc.
– La #performance #humainement #durable comme cap pour ménager l’énergie des femmes et des hommes, et bénéficier en retour de leur engagement, de leur créativité et de leur chaleur humaine.
– Un #projet #humaniste pour le monde du travail où chacune et chacun peut se forger, en conscience, son propre projet de vie.

Ces convictions, je continuerai à les mettre au service de nouveaux enjeux, comme celui, si urgent, de la #transformation #écologique.

Encore mille mercis à celles et ceux qui ont rendu cela possible !

Jérôme BALLARIN, Président de l’Observatoire de la QVT et Secrétaire général de la Charte de la Parentalité